Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 13 Avr 2021 7:52



Répondre au sujet  [ 1 message ] 
 NAPALM DEATH - Words From The Exit Wound (1998) 
Auteur Message
Heavy Metal Lawyer

Inscription: 21 Juin 2005 0:55
Messages: 1989
Localisation: Saint-Denis
Répondre en citant le message
Message NAPALM DEATH - Words From The Exit Wound (1998)
NAPALM DEATH - Words From The Exit Wound (1998)

NAPALM DEATH continue son petit bonhomme de chemin avec une soif de reconnaissance toujours intacte. La progression constante de NAPALM DEATH depuis "Scum" est impressionnante, passant d'un Grindcore primaire et ultra-bourrin avec Lee Dorian au « chant » à un Death Metal typique du début des années 90 sur "Harmony Corruption". Les choses sérieuses commenceront réellement en 1992 avec "Utopia Banished", qui restera le meilleur album bourrin de NAPALM DEATH. Premier album sous le line-up classique à savoir Greenway-Embury-Harris-Pintado-Herrera, "Utopia Banished" sera suivi d'une évolution rapide avec le brutal et très lourd "Fear, Emptiness, Despair", un virage déroutant vers un gros son « power metal » avec des riffs teintés d'indus.

Par rapport à "Inside The Torn Apart", aucun changement à signaler : grosse production de Colin Richardson, un style mêlant habilement Metal extrême, Power Metal (école PANTERA et MACHINE HEAD - le groupe ne cachait pas pendant ses interviews vouloir un son équivalent à ces deux groupes) et indus. Même la pochette (réussie) reprend les couleurs d'"Inside The Torn Apart", avec un dessin agressif, parfaitement représentatif du malaise rencontré dans notre société moderne et mondialisée. Simplement, très vite, on sent que la magie de "Diatribes" et "Inside The Torn Apart" commence à disparaître. La machine est rodée, le savoir-faire est évident mais, comment dire, il manque le petit truc en plus, l'étincelle comme en témoigne le titre d'ouverture, "The Infiltraitor", rapide, carré, efficace mais sans génie particulier. Un peu plat à vrai dire ! Les paroles de "The Infiltraitor" évoquent le Premier Ministre britannique de l'époque, Tony Blair, lequel avait fait pendant sa campagne électorale beaucoup de promesses qui ne se concrétisaient pas.

Avec "Words From The Exit Wound", on sent également un ralentissement des tempos, déjà entamé il est vrai depuis "Fear, Emptiness, Despair". Mais là, les blast-beats se font encore moins nombreux, ce qui laisse la part belle aux mid-tempos et aux sonorités « indus ». Autrement dit, l'efficacité pure est laissée de côté au profit d'atmosphères urbaines. Une preuve aussi du ralentissement des tempos, c'est que Barney utilise de plus en plus sa voix claire, sur "Repression Out Of Uniform", "Next Of Kin To Chaos" et "None The Wiser ?" en particulier. "Words From The Exit Wound" apparaît donc extrêmement travaillé, fignolé dans les moindres détails, que ce soit au niveau des guitares mélodiques, des changements de rythmes fréquents ou du son énorme de la basse, saturation poussée à fond (les intros de "None The Wiser ?" et "Ulterior Exterior"). Tout ce travail est fait, peut être, au détriment de la spontanéité et de l'efficacité... enfin on peut pas tout avoir. Ceci dit, malgré tous ces efforts, cela ne suffit pas à différencier vraiment "Words From The Exit Wound" d'"Inside The Torn Apart", les 2 albums restant trop proches ; la production absolument identique n'aidant pas, il est vrai, à les différencier clairement !

Il reste de bons moments, alternant passages atmosphériques « indus » et efficacité « power metal » : "Repression Out Of Uniform" bien sur et "Next Of Kin To Chaos" ; ce dernier ressemblant comme deux gouttes d'eau à ce qu'on pouvait retrouver sur "Inside The Torn Apart". Mais c'est surtout le surprenant "None The Wiser ?" qui se démarque du lot, avec un rythme très entraînant, un excellent refrain en voix claire et une finesse incroyable au niveau des guitares malgré la rapidité du tempo : c'est le meilleur titre de l'album, le seul à vrai dire qui puisse prétendre à devenir à classique ! Car si "Words From The Exit Wound" demeure quelque peu oublié dans la discographie de NAPALM DEATH, aussi bien oublié du groupe en concert que des fans qui le citent rarement comme une référence, c'est bien à cause de son manque de titres réellement marquants, de classiques mémorables.

Si son ensemble est homogène, si le travail et la qualité sont toujours présents, il n'y a pas ici l'équivalent d'un "Breed To Breathe", "Greed Killing" ou "The World Keeps Turning". Difficile de retenir tel titre plutôt qu'un autre ; c'est toujours le risque avec les albums homogènes, dans lesquels pas grand chose ne se démarque véritablement. Ceci dit, "Fear, Emptiness, Despair" avait aussi le même problème. Avec le recul, il apparaît évident que NAPALM DEATH était allé le plus loin possible dans ce virage « mélodique », que le groupe avait terminé sa progression, que le tour de la question avait été fait et qu'il fallait bientôt passer à autre chose, au risque de stagner. De révolution il ne s'agira point puisque avec le très bon "Enemy Of The Music Business", NAPALM DEATH « se contentera » de ré-accélérer les tempos comme au bon vieux temps, tout en conservant les acquis mélodiques de la trilogie "Diatribes" - "Inside The Torn Apart" - "Words From The Exit Wound", proposant ainsi une synthèse réussie de ces deux périodes, quoique lourde à digérer du fait d'incessants changements de rythmes et de riffs, sous un rythme effréné.

Note : 3/5


20 Avr 2020 13:29
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 1 message ] 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by STSoftware for PTF.
Traduction par: phpBB-fr.com